Requin

SHARKS

La chasse aux requins révèle des chiffres effrayants : chaque année, environ 100 millions de requins seraient tués par l’homme.

Chaque année, plus de 100 millions de requins sont capturés pour alimenter le marché des ailerons de requins, des huiles de foie et de la viande. Environ 75% des espèces de requins sont actuellement menacées d’extinction, ce qui représente une grande menace pour l’écosystème marin dans son ensemble.

Les requins, en tant que prédateurs de haut niveau dans la chaîne alimentaire marine, régulent les populations dans les océans. Les organismes les plus faibles sont chassés par les requins, tandis que ceux qui ne sont pas proies se reproduisent, transmettant ainsi à leur progéniture un patrimoine génétique fort.

Les requins jouent donc un rôle crucial en tant que régulateurs des écosystèmes. Malheureusement, leur déclin a déjà des répercussions importantes. Par exemple, au large de la Louisiane et de la Floride, la réduction des populations de requins a favorisé la prolifération des raies, qui se situent juste en dessous de la chaîne alimentaire. Les raies se nourrissant de mollusques bivalves déciment les populations de coquilles Saint-Jacques, ce qui entraîne des pertes économiques pour les pêcheurs et le secteur de la pêche.

Le journal des marins a décidé de dresser une liste des espèces de requins présentes dans les eaux de notre planète.

La pêche des requins


Chaque année, environ 7% de toutes les espèces de requins sont tuées pour le marché alimentaire, le bien-être ou simplement pour le commerce de souvenirs.

Une université canadienne, la Dalhousie University de Halifax, diffuse ces données : chaque année, environ 7% de toutes les espèces de requins sont tuées pour le marché alimentaire, le bien-être ou simplement pour le commerce de souvenirs.

Une grande partie de ces tueries est due à la pratique barbare du finning, une pratique qui a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années en raison de la demande croissante de soupe aux ailerons de requin, considérée au même titre que la truffe ou le caviar.

Les requins pêchés activement dans les mers du monde entier sont une espèce fortement menacée, mais encore disponible et économiquement rentable. Les carcasses servent à produire de la farine de poisson utilisée dans l’aquaculture ; la viande de requin est souvent vendue sur les étals de poissons comme steak de mer ou bœuf de mer, sans préciser qu’il s’agit de viande de requin, faisant passer cela pour des steaks d’espadon ou d’autres tranches de poisson, trompant ainsi les consommateurs.

L’industrie pharmaceutique utilise le cartilage des requins pour des pilules fantomatiques et le foie pour extraire de l’huile et du squalène. L’industrie de la chaussure utilise la peau pour fabriquer des chaussures et des ceintures, et l’industrie de l’édition utilise la peau pour les couvertures de livres de grande qualité.

Une autre activité qui a un impact considérable sur la chasse à des espèces particulières et menacées d’extinction, comme le grand requin blanc ou d’autres, est la pêche aux requins à des fins sportives et de trophée, pour collectionner des dents, des mâchoires ou des parties de peau.

Squalo dormiente

« De prédateur à proie »

La reproduction des requins est très lente. La surpêche et les prises accidentelles ne font qu’accélérer la réduction des populations de nombreuses espèces de requins. La pêche aux requins en Asie est principalement pratiquée pour récupérer les ailerons, utilisés dans la préparation de la soupe aux ailerons de requin. Une fois les ailerons prélevés, les requins agonisants sont rejetés en mer. Les ailerons de requin sur les marchés asiatiques coûtent entre 300 et 500 dollars par kilogramme. Pour cette raison, cette pratique ne cesse de s’intensifier. Bien que la Chine et le Japon soient les principaux consommateurs de soupe aux ailerons de requin, il semble que l’on puisse également trouver des ailerons de requin en Europe.

Voici où les requins sont pêchés le plus intensément :

Atlantique Nord

Dans cette mer, il existe une certaine zone de pêche des requins, située dans les eaux relevant de la compétence de l’UE ou de pays tiers tels que la Norvège et les îles Féroé, ainsi que dans les eaux internationales réglementées par des organisations régionales de pêche (ORGP).

Les navires de pêche dans ces mers (ainsi que la Méditerranée) capturent environ 56 000 tonnes de requins par an. Il s’agit principalement de raies (apparentées aux requins car elles sont également cartilagineuses) et de petits requins de fond, avec peu d’animaux pélagiques.

Atlantique Centre et Sud

Dans ces mers, les requins sont principalement capturés accidentellement comme « prises accessoires » lors de la pêche au thon. Il s’agit principalement de la roussette et du requin mako, pour une quantité d’environ 31 000 tonnes par an, un chiffre non négligeable.

Océan Indien

Dans ces eaux, c’est généralement le requin mako qui est le plus pêché, suivi de près par le requin taupe, avec environ 6 100 tonnes de captures par an.

Océan Pacifique

Entre 2001 et 2005, les débarquements de requins ont augmenté, passant de 400 tonnes à 6 100 tonnes, avec une prévision de croissance pour les années suivantes. Dans ces mers également, le requin mako et le requin taupe sont les plus chassés. La méthode de pêche la plus courante est la palangre de surface.

La médecine traditionnelle


L’industrie pharmaceutique et la médecine traditionnelle chinoise utilisent le cartilage des requins pour la production de prétendues pilules, ainsi que le foie pour extraire de l’huile et du squalène.

Ces utilisations de parties de requins dans l’industrie pharmaceutique et médicale suscitent des préoccupations en raison de leur impact sur les populations de requins. La demande croissante de ces produits entraîne une pression supplémentaire sur les populations de requins déjà menacé

Il est important de sensibiliser sur les conséquences de ces pratiques et de promouvoir des alternatives durables et respectueuses de l’environnement dans le domaine de la médecine et de l’industrie pharmaceutique.