Le thon rouge, le Roi de la Méditerranée.

thon rouge


Le thon rouge est une espèce pélagique connue et appréciée dans le monde entier. Protégée et largement débattue, l’espèce Thunnus thynnus est pêchée depuis des milliers d’années dans le monde entier.

Aujourd’hui, la pêche au thon rouge est limitée par des réglementations qui en restreignent la capture. L’ICCAT, la Commission internationale pour la conservation du thon rouge, a établi des quotas annuels qui varient chaque année en fonction des fluctuations des stocks de poissons. Aujourd’hui, après quelques années de protection restrictive, il semble que les stocks se portent mieux et soient en meilleure santé, mais les critiques envers l’ICCAT n’ont jamais manqué. En effet, il semble que le thon rouge ait toujours été en bonne santé et que sa faible présence soit due à des migrations cycliques qui éloignent ces grands poissons des zones où ils vivent habituellement.

Caractéristiques du thon rouge

Il thon rouge a un corps massif, fusiforme, avec un pédoncule caudal fin, muni de 7 à 10 paires de nageoires ventrales et d’une carène longitudinale. Les nageoires dorsales sont deux, rapprochées, la première assez longue et haute à l’avant, la seconde triangulaire, courte et symétrique à la nageoire anale. Les nageoires pectorales sont courtes (dans le cas de l’alalunga, elles sont très longues) ; les nageoires ventrales sont courtes. La nageoire caudale est large et en forme de faucille. Les nageoires paires et les ventrales sont maintenues fermées et logées à l’intérieur de cavités pendant la nage, ce qui permet au poisson de maintenir un profil parfaitement hydrodynamique. Les dents sont petites mais réparties dans toute la bouche. Les écailles sont très petites mais couvrent tout le poisson.

Sa couleur est bleu acier foncé sur le dos, parfois presque noir. Le ventre et les flancs sont blanc-argentés, parfois avec des taches plus claires indistinctes sur la partie inférieure. Les nageoires ventrales sont jaunes, les autres nageoires sont grises, sauf la deuxième dorsale qui est rouge-brun. Il s’agit de l’un des plus grands poissons de la Méditerranée : il dépasse les 3 mètres de longueur et le record est un spécimen pesant 725 kg.

tuna 69317 1280
Puissant prédateur, le thon rouge est le plus grand et le plus gros des scombridés.

Combien pèse un thon ?

Ce poisson peut dépasser 3 mètres de longueur et peser jusqu’à 400 kg. Le record du plus gros thon jamais pêché dans le monde est de 725 kg. Le poids maximum d’un thon est essentiellement lié à l’âge du poisson. Un poisson de plus de 25 ans devrait peser environ 250 à 300 kg.

Combien de temps vit un thon ?

La durée de vie moyenne d’un thon rouge est estimée à 30 à 35 ans.

via Gfycat

Morphologie

Son corps élancé et aérodynamique lui permet d’atteindre des vitesses impressionnantes jusqu’à 70 km/h. Le thon rouge est également appelé thon à nageoires bleues en raison de la couleur de sa nageoire dorsale. Cela est dû à ses écailles très petites qui réduisent la friction avec l’eau. Il possède une nageoire caudale en forme de croissant et de petites dents qui lui permettent de saisir ses proies lors des attaques rapides.

Il vit en Méditerranée et dans l’Atlantique jusqu’à la partie sud de la mer Noire. Il ne supporte pas les variations de salinité et les eaux froides en dessous de 10°C. Pendant les mois d’été, il s’approche des côtes pour se nourrir de sardines et d’anchois, mais il se nourrit également de gros poissons et de céphalopodes (en particulier les calmars).

Reproduction du thon rouge

atlantic bluefin tuna thunnus thynnus oceana keith ellenbogen

Le thon rouge se reproduit pendant la saison chaude. En s’approchant des côtes, le thon libère des œufs pélagiques qui éclosent rapidement. La larve est également pélagique. Le thon a un taux de croissance très rapide. Après sa première année de vie, il atteint déjà 70 cm de longueur et peut peser jusqu’à 5 kg. Vers l’âge de 2 à 4 ans (lorsqu’il atteint un mètre de longueur et un poids moyen de 15 kg), le thon est mature et peut se reproduire. Les petits thons vivent en grands groupes, souvent associés à de petits thons comme le thon albacore. Les zones de reproduction du thon rouge sont la Méditerranée et le golfe du Mexique.

Migrations du thon

Ce poisson parcourt des milliers de kilomètres chaque année. Véritable coureur des mers, il peut se déplacer rapidement de la Méditerranée jusqu’aux eaux tumultueuses de l’océan Atlantique.

Le thon rouge : le plus précieux des thons

bluefin tuna thunnus thynnus002

Le thon rouge est sans aucun doute le thon le plus précieux parmi toutes les espèces de thonidés. En particulier, la chair des thons pêchés en Méditerranée est très recherchée car leur alimentation permet d’obtenir des taux de mercure plus bas dans la chair, avec une forte augmentation des acides gras oméga-3. En particulier, en Méditerranée, la ventrèche de thon, la partie la plus grasse du thon, est très recherchée car elle est plus tendre et savoureuse grâce à la graisse qui entoure le muscle dans la cavité abdominale.

La valeur commerciale

thon

Pendant des millénaires, le thon a été une ressource pour tous les peuples de la Méditerranée. Aujourd’hui, il s’agit d’une affaire pour quelques-uns, générant un chiffre d’affaires estimé à 40 millions de dollars par an. Le thon de Méditerranée est capturé avec des filets de pêche à la senne, et les propriétaires de ces flottes sont peu nombreux et gèrent une activité d’une valeur pratiquement illimitée. En particulier, une famille de pêcheurs italiens installée dans le sud de la France possède l’une des plus grandes flottes de pêche au thon rouge. Mais combien de ces thons pêchés restent en Europe ? En réalité, très peu, car après la pêche, le thon entame un long voyage. Ce sont surtout les gros spécimens qui partent en Asie. Les Japonais achètent en effet à des prix exorbitants les plus gros et les plus gras des thons pour préparer des sushis et des sashimis pour les riches Japonais. Il semble que les 3/4 des thons pêchés soient envoyés au Japon. Les spécimens plus petits sont quant à eux envoyés dans le sud de la Méditerranée, où après avoir été transférés dans des cages d’élevage flottantes, ils sont nourris pour augmenter leur masse graisseuse et sont vendus à prix élevé aux Japonais. Le thon le plus cher jamais vendu aurait été un poisson de 278 kg capturé en Méditerranée en 2019. Il a été vendu aux enchères sur le marché aux poissons de Tokyo pour 2,7 millions d’euros.

Prix du thon rouge

Le prix du thon rouge varie en fonction de la période de l’année. Le prix peut varier de 15 à 40 euros le kilogramme.

L’Italie et l’industrie de la conserve de thon

atun rojo fuentes cartagena

La Sicile et la Sardaigne ont été les régions qui, par le passé, ont exploité les stocks de thon rouge pour créer de l’économie. En Sardaigne, la tonnara de Carloforte a commencé à pêcher et à conserver le thon dès 1738. En Sicile, c’était Trapani et l’île de Favignana qui pratiquaient la pêche du thon pour produire des conserves d’huile d’olive, de la bottarga, du lattume, de la ventrèche et d’autres produits dérivés du thon. La tonnara de Favignana a fermé ses portes il y a quelques années en raison du manque de thons et des quotas qui lui étaient attribués. En 2019, la tonnara a rouvert ses portes et après que l’entreprise Castiglione a investi dans le matériel et le personnel pour relancer une activité traditionnelle vieille de plusieurs centaines d’années, un décret ministériel signé par la Lega a attribué un nombre de quotas inférieur à la tonnara. Selon l’entreprise Castiglione, les quotas seraient insuffisants pour maintenir la tonnara en activité, et les filets qui avaient été posés pour la pêche au thon à Favignana ont été enlevés, mettant ainsi fin aux travaux entrepris et fermant une activité qui aurait pu être un moteur économique pour l’île.

Le thon et le mercure.

En raison d’un processus appelé bioamplification, les grands pélagiques comme le thon ont tendance à accumuler des métaux lourds dans les tissus adipeux. C’est pourquoi le thon rouge est déconseillé aux enfants et aux femmes enceintes.

Les fraudes sur le thon

Aujourd’hui, il est de plus en plus difficile de trouver du thon rouge sur les marchés locaux. Dans de nombreux marchés, on peut en trouver de provenance illicite, c’est-à-dire pêchés sans aucun quota par les pêcheurs. Autrefois, même les petites embarcations de pêche côtière pouvaient pêcher des thons, mais aujourd’hui, ces pêcheurs n’ont aucun quota. Certains pêcheurs continuent à pêcher des thons en contournant les contrôles et en mettant sur le marché un poisson non certifié. Ces poissons voyagent la nuit dans des fourgonnettes souvent non réfrigérées. Une fois arrivés sur le comptoir, les poissons sont vendus à bon prix, mais comme cela s’est souvent produit dans les marchés de Palerme et de Catane, de nombreuses personnes ont été intoxiquées par un produit non frais. Pour reconnaître du thon frais, nous vous conseillons de lire l’article sur la reconnaissance du poisson frais.

tuna 428726 1280

Le thon et les parasites Les muscles du thon peuvent être infestés par un ver parasite appelé anisakis. Ce ver peut provoquer chez l’homme une affection appelée anisakidose. Si le thon n’a pas été tué et est mangé cru en sushi, le parasite peut être transféré dans l’estomac de l’homme, provoquant des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, de la fièvre et, dans de rares cas, le décès.

La pêche au thon

En plus des filets de pêche à la senne, le thon est également pêché avec des palangres appâtées avec des sardines. Cette pêche typique de la Méditerranée a malheureusement tendance à capturer d’autres espèces telles que les tortues marines ou les requins dans les hameçons. Ces animaux sont rejetés morts en mer car ils n’ont aucun intérêt économique pour les pêcheurs.

La pêche industrielle, quant à elle, capture les thons avec des filets de pêche à la senne en repérant les stocks grâce à des systèmes satellitaires ou à des hélicoptères survolant les eaux pour repérer la nourriture des thons. Une fois les poissons repérés, les navires-usines se rendent rapidement sur place pour larguer les filets autour des poissons.

Le thon est également la proie de la pêche sportive, il est pêché à la dérive, à la traîne ou au jigging. Il arrive souvent que les pêcheurs capturent de petits thons rouges. Il est difficile de distinguer le petit thon rouge des petits thons obèses et des bonites.

Espèces similaires

Le thon, comme les autres scombridés, a un corps fuselé et aérodynamique. En Méditerranée, il existe des espèces similaires mais avec des caractéristiques différentes. Il s’agit du thon albacore, de la bonite, du thon obèse, de la thonine et, bien que rare, du thon à nageoires jaunes (Thunnus albacares). Lisez l’article pour reconnaître la thonine, l’obèse et la bonite. Il existe également le thon atlantique, le thon austral, le thon obèse et le thon rouge du Pacifique. Parmi ceux-ci, le thon obèse, qui est néanmoins absent de la Méditerranée, est apprécié au Japon pour préparer du sashimi.

Le thon rouge se déplace de plus en plus vers le nord. Il pourrait disparaître de la Méditerranée. La pêche et le réchauffement climatique poussent les thons à se déplacer de plus en plus vers le nord. La présence du thon rouge (Thunnus thynnus) dans les eaux de l’Atlantique Nord est en augmentation. Les côtes françaises de Bretagne et de Normandie ont connu un pic de présence de thon rouge à partir de 2017. Le thon est accompagné de lampugues, de poisson-scie et de poissons-balistes qui occupent de plus en plus de territoire vers le nord de l’Europe.

L’étude AMO (Atlantic Multidecadal Oscillations) sur la distribution du thon, publiée dans Science Advances, explique le retour du roi des mers, disparu pendant 40 ans des eaux froides de la Manche et du golfe de Gascogne.

Les chercheurs du Laboratoire d’océanologie et de géosciences du CNRS/Université de Lille ont trouvé des réponses aux déplacements des stocks de thon vers le nord. L’étude démontre que le thon est revenu dans les eaux du Nord.

Les scientifiques ont étudié les captures de thon rouge dans le nord-est de l’océan Atlantique depuis 1900 et les changements de leur répartition. Ces déplacements massifs sont dus aux variations de température de la surface de l’Atlantique, qui alternent des phases chaudes et froides sur des périodes de 70 ans, avec des différences de température entre ces phases légèrement inférieures à 1 degré Celsius. Cette variation agit sur les déplacements du plancton, avec des conséquences évidentes sur les écosystèmes. Selon les chercheurs, le thon remonterait jusqu’aux eaux froides du Groenland et de la Norvège à la recherche des bancs de sardines et d’harengs qui suivent la production planctonique. Pendant les phases les plus froides, le thon resterait dans des eaux plus tempérées avant de remonter vers le nord. Cela est confirmé par les données recueillies en 1963, lorsque les températures ont chuté et que le thon a disparu. À cette époque, les scientifiques ont accusé la surpêche, puis en 1995, le thon est revenu dans l’Atlantique jusqu’aux eaux de la Grande-Bretagne.

japanese 357224 1280

Selon les scientifiques, le thon continuera à se déplacer vers les eaux de la Manche, et le réchauffement des températures pourrait favoriser la migration du thon vers le nord de l’Atlantique, le faisant ainsi disparaître de la Méditerranée.

Selon les chercheurs, les changements de répartition sont principalement dus aux migrations et non aux plans de reconstitution des stocks lancés ces dernières années par l’ICCAT.

Tags :

Share :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Ultimi articoli

Le schede degli organismi marini