La pêche à la ligne ou la pêche à la palangrotte

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
pesca a bolentino

Le « bolentino » : découvrons les secrets, les techniques et les prises pour pêcher à la palangrotte et ne pas rentrer les mains vides.

La technique de pêche à la palangrotte est la plus connue car elle est considérée comme la plus simple et la moins coûteuse en termes d’efforts et d’argent. Elle est pratiquée sur des fonds marins d’une profondeur allant de cinq à vingt mètres. Elle cible un large éventail d’espèces, parmi lesquelles les poissons recherchés par les pêcheurs sportifs comprennent les sar, les sparidés, les serrans, les gobies, les bogues, les pagres, les mulets et les maquereaux.

En raison de la taille des prises, l’équipement doit également être réduit. Souvent, cette pêche est pratiquée avec de petites embarcations côtières, pas plus longues de quatre mètres, et par conséquent, les dimensions des cannes à pêche doivent être adaptées à l’embarcation. La longueur de la canne à pêche pour la palangrotte côtière varie de 1,50 mètre à 2,00 mètres, avec une puissance de 20/60 g, les moulinets sont également enroulés avec un fil ne dépassant pas 0,30 mm et les hameçons sont de taille 4 à 10.

L’action de pêche au fond est simple et ne nécessite pas d’efforts excessifs. On place la canne à l’extérieur du bateau, et en ouvrant le système de bobinage du moulinet, on « laisse tomber » la ligne dans l’eau. Dès que le plomb touche le fond, il est très important de faire tourner légèrement le moulinet afin de tendre la ligne et rendre l’appât plus visible pour les poissons. Les vers coréens, les arénicoles, les calmars, les crevettes et les éperlans sont les appâts les plus utilisés dans cette technique.

L’appâtage lors de la pêche en bateau, est-ce important ?

Une excellente idée pour remplir les paniers lors de la pêche en bateau est d’appâter. Souvent, les pêcheurs côtiers utilisent des attractants, c’est-à-dire des sacs en filet dans lesquels sont placées des odeurs qui peuvent attirer nos prises (souvent remplis de sardines), qui sont attachés à quelques mètres au-dessus de la ligne d’ancrage si nous pêchons au fond. Si nous nous laissons porter par le courant, c’est-à-dire si nous pêchons « à la dérive », nous n’aurons pas besoin d’attractant, mais c’est le mouvement même du bateau qui va sonder le fond et nous indiquer les meilleurs endroits. Si nous disposons d’un GPS, il faudra marquer les meilleurs points pour pouvoir y retourner.

Est-ce obligatoire d’appâter lors de la pêche en bateau ?

Appâter signifie disperser une quantité d’appâts dans l’eau afin d’attirer les poissons près du bateau. Habituellement, on prépare un mélange de poissons de qualité inférieure (souvent des sardines) ainsi que des moules et des crevettes, que l’on dépose sur le fond avec un filet. Les mouvements du bateau provoquent une dispersion de l’appât du filet, attirant ainsi les poissons. Il existe également des sachets contenant des sardines hachées sur le marché. Ainsi, peu d’efforts pour une journée de pêche amusante à la palangrotte.

Où pratiquer la palangrotte

La palangrotte peut être pratiquée sur différents types de fonds marins : fonds rocheux, sableux, mixtes avec de la posidonie, entre les hauts-fonds et sur les épaves. Examinons-les en détail.

  • La pêche à la palangrotte depuis un bateau
  • La pêche sur les fonds rocheux

La pêche au fond sur des fonds rocheux nécessite une précaution : l’ancre. En effet, il est primordial de réaliser un mouillage qui nous permette de nous positionner exactement sur le point de pêche indiqué par notre sondeur. Les fonds rocheux cachent souvent de petites zones de regroupement où les poissons se tiennent. Ils le font généralement parce qu’ils y trouvent abri ou abondance de nourriture. Sur les fonds rocheux, les prises les plus courantes sont les sar, en particulier le sar commun et le sar pharaon ; les mérous et les petites perches, qui sont des habitants fréquents des fonds rocheux ; ainsi que les rascasses, les gobies, les pagres, les murènes, les grondins et les vives.

La pêche sur les fonds sableux

Si la pêche est pratiquée sur un fond sableux, nous pouvons à la fois mouiller l’ancre et pêcher à la dérive (c’est-à-dire se laisser porter par le courant pour explorer une zone marine plus étendue). Sur les fonds sableux, les poissons sont rarement regroupés et ils recherchent constamment de la nourriture souvent dissimulée dans le sable. Tout mouvement inhabituel du fond attire nos amis poissons, c’est pourquoi lors de la pêche à la dérive, nous pouvons utiliser un plomb qui laboure littéralement le fond, créant un nuage de sable qui incite les poissons à découvrir ce qui se cache sur notre hameçon. Les prises de la palangrotte pratiquée sur des fonds sableux sont les marbres, les rougets, les poissons plats, ainsi que les raies et les grondins.

La pêche à la palangrotte sur des herbiers de posidonie peut également être pratiquée à mi-hauteur, c’est-à-dire en pêchant avec le terminal pas trop proche du fond, mais en le soulevant de quelques mètres jusqu’à la surface. Dans ce cas, nous trouverons également des oblades, des bogues et des mulets.

Si notre sondeur signale la présence de prairies ou de touffes de posidonie (généralement entre 15 et 40 mètres), nous aurons également la possibilité de rencontrer des dentis.

La palangrotte entre les deux eaux

La pêche à la palangrotte entre les deux eaux peut se faire sur des fonds peu profonds. Les hauts-fonds ne sont rien d’autre qu’une zone où la bathymétrie change brusquement. Un haut-fond étendu peut créer un habitat avec une grande diversité d’espèces : on peut y trouver presque toutes les espèces de sars, les serranidés, ainsi que les rascasses, les pagres, et enfin les loups, les dentis et les barracudas.

Enfin, d’excellents résultats peuvent être obtenus en pêchant sur des épaves. Il s’agit souvent de vieux bateaux de pêche coulés ou d’avions tombés en mer pendant la Seconde Guerre mondiale. Les épaves peuvent offrir de belles prises.

La palangrotte en eaux profondes et en eaux de moyenne profondeur

La pêche en mer à la palangrotte en eaux de moyenne profondeur se pratique à une profondeur comprise entre -25 et -70/-80 mètres, près de reliefs ou de hauts-fonds.

Les meilleurs postes sont les zones de sable ou de boue avec des rochers dispersés, près desquels on ancre le bateau pour pêcher directement sous la retombée du rocher, en essayant également à mi-hauteur et en surface. Les zones de pêche riches en mer sont certainement les épaves et toutes les variations de la bathymétrie. Le protagoniste de ce type de pêche en mer est le pageot rouge, une prise abondante de l’automne au printemps. Les maquereaux, les dorades, les rascasses et les gobies sont d’autres prises que l’on peut trouver à l’hameçon si l’on pratique ce type de pêche en mer. Pour la pêche en mer à la palangrotte en eaux de moyenne profondeur, on utilise un équipement qui se situe entre la palangrotte légère et la palangrotte en profondeur. On peut utiliser des terminaux avec 3/5 hameçons appâtés avec des vers ou encore un appât blanc rayé comme le calamar.

Le bateau a son importance, il doit être spacieux, avec un cockpit permettant une bonne manœuvrabilité, et un moteur assez puissant car les postes de pêche en mer se trouvent généralement à plus de six milles nautiques de la côte. La canne doit avoir une longueur de 1,80 mètre à 2,40 mètres avec une puissance de 80/160. Le plomb doit avoir un poids qui lui permette de résister aux forts courants qui se manifestent souvent sous le bateau. Les appâts les plus adaptés sont le ver américain et la crevette ou la seiche pour l’hameçon le plus proche du terminal.

L’électronique

Sur le bateau pour pratiquer la pêche à la palangrotte, il ne faut pas manquer d’un minimum d’équipements, comme une boussole, un GPS et un bon sondeur qui atteint une profondeur d’au moins 150 mètres.

Une fois la zone de pêche choisie, si c’est sur un fond rocheux, il faudra s’amarrer à l’avant pour faciliter les actions de pêche. Si c’est sur un fond sableux, la dérive est toujours l’une des alternatives qui peuvent offrir de magnifiques prises.

Pêcher à la dérive ou est-il préférable de s’amarrer

La pêche en mer à la palangrotte peut être pratiquée avec un bateau ancré ou à la dérive, c’est-à-dire que l’embarcation est libre de se déplacer selon les courants et le vent.

Clicca per votare questo articolo!
[Voti: 0 Media: 0]
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Pinterest
Email
Tags :

Laisser un commentaire

Ultimi articoli
Le schede degli organismi marini